L'entraînement médical chez le chien

 

L’entraînement médical chez le chien

Rendre les soins faciles, agréable et gérable pour tout le monde !

 

 

Que cela soit pour retirer une simple tique, brosser votre animal ou nettoyer une plaie, votre chien doit apprendre à tolérer les manipulations de votre part. Sans ça, cela peut vite tourner à l’épreuve de force. Afin que les soins soient agréables pour tout le monde : humains comme chien, voici quelques conseils généraux. La clinique tient également des brochures sur des actes spécifiques (nettoyage des oreilles, des dents…) à votre disposition.  Cela peut paraître complexe au premier abord, mais avec de la patience et de l’entraînement, rien n’est impossible ! En général, le facteur limitant est la motivation du maître.

Quel est le principe ?

Ici, il ne s’agit pas vraiment d’éducation ou de dressage, car on va chercher la coopération du chien : si votre chien n’est pas d’accord, soyons clair, vous n’y arriverez pas. De plus, cela n’est agréable pour personne d’être dans le conflit, ni pour vous ni pour le chien. Ainsi, on va faire comme les soigneurs des parcs zoologiques : de l’entraînement médical ! En fonction de votre chien, l’apprentissage peut prendre de quelques jours à quelques semaines à condition de s’entraîner tous les jours (voire plusieurs fois par jour) durant des séances n’excédant pas 5-10 minutes.

Qu’est-ce qu’il vous faut :

  • De la motivation
  • De quoi motiver votre chien et cela doit être très motivant ! Pas de simples croquettes (sauf si votre chien est très gourmand) : des friandises, des petits bouts de viande… L’important c’est que les friandises soient petites (et si possible peu caloriques : éviter le fromage sauf si c’est la seule chose qu’il aime) : le chien doit pouvoir les avaler en une seule bouchée !

Comment ?

En utilisant ce que l’on appelle du renforcement positif. On va progressivement faire comprendre au chien ce que l’on attend de lui en le récompensant quand il va dans le sens que l’on souhaite.

Pourquoi ?

Le but ici est d’apprendre au chien qu’il peut se laisser manipuler par son maître sous toutes les coutures et sans crainte. Au début, il s’agira simplement de lui apprendre à se laisser toucher une patte sans la retirer, le dos sans bouger… Ensuite, on pourra lui apprendre à se mettre sur le dos... Si le chien est entraîné dans de bonnes conditions lorsqu’il va bien, il est probable qu’il se laisse également faire en cas de souci mineur, lorsque la douleur n’est pas trop importante.

 

Ce que les chiens devraient tous pouvoir faire :

  • S’assoir
  • Se coucher
  • Se coucher sur le côté
  • Se laisser toucher les pattes, les babines, les oreilles, la queue… Bref, partout !
  • Se laisser brosser
  • Se laisser faire par des personnes étrangères.

Première étape :

Se mettre en condition.

Pour cela, créez un rituel : appelez le toujours de la même manière. Par exemple, « viens, on va soigner ».

Deuxième étape :

Lui faire accepter les manipulations. On va prendre ici l’exemple de la prise de patte mais cela fonctionne exactement de la même manière pour tout le reste.

Pour cela, on demande au chien de s’asseoir et on le récompense. Puis, on touche sa patte très vite (on met le doigt dessus). Si le chien ne bouge pas, on le récompense. Une fois que le chien trouve « normal » de se faire simplement toucher la patte, on la prend dans la main sans la soulever très rapidement et s’il ne bouge pas, on récompense. S’il bouge, on ne fait rien et on repasse à l’étape précédente. Le but est de faire comprendre au chien ce que l’on attend de lui. Une fois que le chien trouve normal que tienne sa patte, on peut la soulever, puis la garder en l’air quelques secondes… Toujours récompenser le chien à chaque manipulation ! Travailler d’abord les pattes avant puis les pattes arrière.

Les difficultés

Les manipulations à l’arrière (queue, postérieurs…) : lorsque l’on veut faire des manipulations sur l’arrière train, il n’est pas rare que le chien se retourne pour nous regarder. Il faut donc apprendre au chien dans un premier temps à rester couché sans bouger quand on lui tourne autour. Là encore c’est progressif. Faites coucher/mettez le chien debout, s’il le fait récompensez. Puis faites mine (sans le faire) de tourner vous décaler sur le côté. S’il ne bouge pas récompensez. Puis, faites un petit pas de côté puis de plus en plus loin jusqu’à pouvoir tourner autour du chien sans qu’il ne bouge.

Les manipulations couchées sur le côté : Pour qu’un chien se mette sur le côté sur ordre, il faut qu’il fasse confiance à son maître et c’est pourquoi l’éducation doit se faire dans le respect du chien. Pour lui apprendre à se coucher sur le côté, couchez votre chien puis gratouillez le sous le ventre. Quand il commence à basculer, récompensez. Ensuite demandez lui d’être de plus en plus basculé avant de récompenser. Apprenez lui ensuite à rester sans bouger en récompensant au bout d’une seconde, 2 secondes, 10 seconde…

Les manipulations par une personne étrangère : une fois votre chien bien entraîné avec vous et chez vous, n'hésitez pas à faire intervenir un tiers pour qu'il est confiance dans les manipulations avec tous les êtres humains. Ensuite, vous pouvez également varier les lieux. Cela sera particulièrement utile pour les soins chez votre vétérinaire. D'ailleurs, n'hésitez pas pas à venir à la clinique pour peser votre chien voire, si une salle est disponible, entraîner votre chien sur place.

 

Si malgré tout, vous avez des difficultés à soigner votre animal, n’hésitez pas à nous en parler, nous proposons des consultations d’entraînement médical.